vendredi 28 mars 2014

Le stylo qui avait le pouvoir de disparaitre...



... ou le mystère des jnouns de la fourniture scolaire (pour faire simple, et parce que je ne m'y connais pas du tout, on va dire que les jnouns, pour traduire, ce sont les esprits)


Bon, moi j'y crois pas trop à ces trucs là, mais des fois, je vous jure... y'a de quoi...

Des fois je me dis, on devrait nous décerner un prix de la zénitude en début d'année scolaire. Pas que pour les fournitures "jnounifiées" hein, mais en grande partie... (Je pourrais par exemple consacrer un article tout entier au cahier/livre/fiche oublié, en veille d'évaluation ou de devoir à rendre. Cet article serait dédié spécialement à ma copine de galère CG et sponsorisé par les moyens de communication modernes permettant l'envoi de pages entières de cahier ou de livres en un clin d'oeil).

Bref, en tous cas, si on nous donne pas de prix, on nous doit au moins la compassion et le soutien. Franchement, vu la tête du gérant de la papeterie à côté de chez moi chaque fois que je rentre dans son magasin avec ma fille, la compassion, je la mérite.

Je le vois bien hein, dans son regard, qu'il se fout de ma gueule. Même pas besoin de me diriger vers le rayon stylos, il sait où je vais. Et je sais qu'il sait. Et il sait que je sais qu'il sait...

Et puis alors c'est marrant (enfin, ça dépend pour qui, pas pour moi pour le coup là), parce qu'ils sont 2 frères, ou 2 cousins, ou un truc dans le genre à gérer le magasin, du coup, ils alternent. Mais pas de bol, chaque fois que viens acheter un stylo, c'est sur le même qu'on tombe. Non, l'autre il est là quand je pars acheter un tome de 50 Nuances de Grey ou de la trilogie Crossfire.

Bientôt, je pense qu'il va mettre un petit stock de stylos pilot-frixion-rechargeable-et-effaçable-bleu-foncé-pas-bleu-clair-parce-ce-que-la-maitresse-elle-veut-pas juste à côté de la caisse. Comme ça, direct en rentrant, je pourrai lui dire en lui faisant un clin d'oeil: "vous m'mettez comme d'habitude?". Les privilèges des habitués quoi. Privilège pourri ici.

Encore, à la limite, quand on vient pour acheter un cahier, ça passe. Il faut plusieurs cahiers à l'école, alors c'est fort possible qu'elle soit arrivée à la fin d'un d'entre eux. Mais le stylo bleu, ben... y'a un stylo bleu... Et puis c'est tout.

Du coup, je peux soit prétendre que ma fille écrit un roman (à la main hein, sinon ça marche pas l'excuse): "ouiiiii, ma fiiiiiille, cette écrivain en herbe, quand elle commence, on ne peut plus l'arrêter. C'est un vrai don du ciel!!! Et pas sur l'ordinateur hein! Non! Elle a besoin de sentir le papier qui glisse sous l'encre. Dans quelques années, si ça se trouve, vous la verrez ici même sur vos rayons, en photo sur la quatrième de couv' du dernier best-seller mondial" façon mère admirative, soit qu'elle a une maitresse qui leur colle des punitions tous les soirs avec 500 lignes à copier à chaque fois: "je ne comprends pas qu'à notre époque on puisse encore donner aux enfants des punitions de ce genre!!! et puis, ils ont déjà tellement de devoirs à faire!!! c'est inadmissible!!! On n'est plus au Moyen-Age quand même!!", façon mère indignée. Bref, n'importe quoi pour détourner l'attention du stylo.

Mais bon, non, on ne peut pas l'avoir, le libraire, je pense que des cas désespérés comme moi, il doit en voir tous les jours, plusieurs fois par jour. Je vois bien qu'il sait qu'elle a "perdu" son stylo, et qu'on vient en acheter un nouveau. La seule mère que je peux jouer, c'est la mère désespérée.

En plus, comme je le disais plus haut, c'est pas le bic de base qu’on achète hein !! Noooooooon, on achète le stylo re-char-gea-ble madame. Et pas n'importe lequel. Il faut le pilot frixion effaçable. Rien que ça. Parce que si je veux qu'elle fasse HEC ou Centrale (ou écrivain....), ben dès maintenant, il faut qu'elle ait le bon stylo. Et puis d'un point de vue pratique, comme ça, on doit juste racheter la recharge quand elle est finie, c’est plus écolo, on pollue moins la planète, on défie notre société de consommation, toussa toussa. Et ça revient moins cher surtout!!! En théorie. Oui, en théorie, parce que comme elle perd (casse aussi... c'est une option dont je n'ai pas parlé) le stylo avant d'arriver au bout de la recharge 9 fois sur 10, j’ai rarement l’occasion d’acheter la recharge. Du coup, ça coute plus cher pour polluer plus. C'est con hein?

Et pire, la dernière fois, il n'y avait pas le bleu foncé. Y'avait que le bleu clair. Alors j'ai du acheter d'un coup le stylo ET la recharge pour utiliser l'enveloppe du stylo, virer l'encre bleu clair, et placer la recharge bleu foncé. Économique non?

"J’te jure maman, je l’ai laissé sur mon bureau en sortant en recré et quand on est revenus, il y était plus"… c’est la faute des jnouns de la classe ça...

"J’te jure maman, je l’avais mis dans mon sac parce que j’étais pressée en sortant, et là, je le retrouve plus"… c’est la faute des jnouns du eastpak ça…

"Ben je l’avais sorti dans la voiture pour m’avancer sur mes devoirs en rentrant (ndlr : tentative d’amadouage de la mère par la technique de la bonne élève qui travaille dur), et il est tombé et j’ai pas réussi à le retrouver"… c’est la faute des jnouns de la voiture ça…

"J’ai pas fait exprès promis. Il est tombé en classe, et juste à ce moment là, Bidule il s'était levé et il a marché dessus"… c’est la faute des jnouns de la coïncidence ça…


Bref, c’est "pas sa faute" quoi...

Alors on lui pardonne.

Sinon, hier, je suis rentrée dans la même papeterie pour acheter un grand cahier pour ma fille (la loseuse de stylos) et un protège cahier pour mon fils. J'ai posé tout ça sur le comptoir à la caisse, et j'ai bien senti l'ironie dans son regard au mec (le même que quand j'y vais pour les stylos).

"C'est tout pour aujourd'dhui?" (limite avec le clin d'oeil pour bien marquer la chose), qu'il me dit?

Oui. C'est tout. Et vlan!!



Rendez-vous sur Hellocoton !
Pin It!

mardi 25 mars 2014

Mac'n'cheese... comme ceux de la boîte bleue...



Personnellement, ce que je cherchais à refaire, c'est ça:

Voilà voilà... Si si...

Le top du summum du must de la gastronomie US. Oui, bon, ben quoi? Dans la vie, on choisit pas de qui ou de quoi on tombe amoureux hein!!! Met incontournable de la table américaine qui se respecte. Sauveteur inégalé de la mère de famille/housewife désespérée en rade de temps, d'idées et d'énergie. Rien à voir avec les Desperates Housewives qui elles ont leur propre bouquin de cuisine comme j'ai pu le découvrir ce WE à la FNAC.

Donc je voulais ça quoi, et quand j'ai une idée dans la tête... Cherchez pas à comprendre...

Et donc je me suis mise à tester.

J'ai cherché pendant des jours et des jours bon, ok, pas autant, juste des heures et des heures, la recette qui réaliserait mon souhait le plus précieux. J'ai pris 14 kilos rien qu'en les lisant: certaines avaient besoin de 700g de cheddar. Non mais allo quoi! C'est pire que la fondue savoyarde ça!!!!  

J'ai testé la version au MO. Ouais. Bof. "Peux mieux faire" a dit ma fille cette jeune fille si délicate dans ses paroles parfois... Surtout qu'au final, ça m'a pris surement autant de temps que si je l'avais fait à la casserole. En fait, pour être exacte, elle m'a dit: "mmmm... oui, mais non." Voilà comme ça c'était clair hein!!

J'ai testé la version béchamel au fromage avec passage au four pour gratiner. C'est mieux, "mais quand même il faudrait plus de sauce" a dit ma fille. En fait, le passage au four a fait que toute la sauce a séché. Ou alors les pâtes l'ont toute bue les petites ivrognes!!!

Bref, à croire que ma fille a déjà mangé des macaroni and cheese en boite elle aussi et qu'elle sait de quoi je parle... o_O

Alors j'ai continué à chercher la recette qui tue (du coup, ça m'a quand même pris des jours cette histoire, j'exagérais pas en fait!!), celle qui serait assez rapide pour pouvoir faire un repas du dimanche soir qui-va-bien-qui-va-vite, mais qui ne fasse pas non plus 7000 calories, et qui soit assez généreuse en sauce pour avoir le "ok" de ma fille.

Et j'ai trouvé! En gros, ça s'appelait "stove top macaroni and cheese", c'est-à-dire, macaroni and cheese cuits à la casserole. Une version sauce bien crémeuse (6900 calories seulement mouahahahaha, mais quand on aime on ne compte pas) dans la casserole donc, pâtes cuites à part, on mélange le tout, et zou, ça s'arrête là. A table. On mange.

Là, elle a dit: "Ouais, là, c'est tout bon comme il faut". Et moi j'aurais pas pu dire mieux. Alors adjugé.

Pour 5-6 personnes:
- 500g de coquillettes ou de macaroni (les tous fins hein!!)
- 200g de cheddar (je l'ai trouvé ici, c'est pas donné, mais aucun fromage n'est donné ici de toutes façons)
- 50g de parmesan
- 650ml de lait
- 1CS de moutarde
- 1CS de beurre
- 2 CS rases mais pas trop de farine (ou remplacer par de la maïzena pour une version light... mouahahahahahaha... bon allez, on va dire pour une version moins pire, ça vous fera baisser la note calorique à 6700)
- 1 pointe de couteau de curcuma si vous voulez tricher pour la couleur
- sel et éventuellement poivre mais pas forcément

Faites cuire vos pâtes selon votre goût: aldente, bien cuites, en bouillie, comme vous aimez quoi. Moi, c'est al dente

Pendant ce temps là, râpez le cheddar et le parmesan. Mettez de côté.


L'ingrédient le plus important dans toute l'histoire. Si y'a pas ça, y'a pas de mac'n'cheese de la boite bleue!! (bon, j'ai pu lire sur certains sites que la mimolette pourrait faire l'affaire... à voir...)
Faites fondre le beurre dans une casserole, ajoute la farine, et mélangez bien avec un fouet. Ajoutez le lait petit à petit et puis la moutarde et le curcuma. Si vous voulez une sauce plus épaisse, ajoutez une cuillère de farine au départ. En fait, on fait une béchamel là quoi. Une fois qu'elle a épaissi, éteignez le feu et ajoutez les fromages. Normalement, ça fond quasi instantanément. 

En plus le curcuma c'est bon pour la santé, ça serait dommage de vous priver de mac'n'cheese non!!! ça en fait un plat sain quoi!!! Mouahahahaha!!

Là, normalement, vos pâtes devraient être cuites. Egoutez-les, et ajoutez-y la sauce au fromage. Mélangez bien.

Et voilà le bon macaroni & cheese qui a l'air bien industriel mais qui en fait ne l'est pas (et quand tu lis la liste des ingrédients au dos du paquet, tu dis merci mon Dieu, mais que quand même, si je trouve la boite, je l'achète en fait... hu hu...) et qui est trop bon. Trop trop trop bon. Trop trop trop trop trop même. Et comme dans la boite bleue surtout. Très important ça le référentiel de la boite bleue.

Attention, à manger de suite. Réchauffé, ça ne marche pas. La bouffe en boite ça se réchauffe pas de toutes façons non?

Nirvana de la cuisine US... (chacun ses standards hein... mouahahahaha!!).

Interdiction de compter les calories par contre... ça gâcherait tout le plaisir.

Sinon, ben j'espère que ce billet sera le billet qui relancera la machine du blog... Pas facile tous les jours en ce moment, alors, j'avoue que même si je suis pas mal présente sur IG ou sur la page, j'ai du mal à me bouger pour venir publier ici!!

Les WE sont trop courts, les soirées passent trop vite, et les journées trop chargées! Vous avez qu'à voir la qualité HD des photos hein... Bref, la life quoi. Mais bon, demain ça ira mieux! Et puis rien que pour vous lire ici, je vais faire un petit effort!!

PS: mes plus plates excuses pour les photos qui piquent les yeux hein... mais bon... le soir... pas de  lumière... et je suis anti-flash... et si on attend pour de meilleures photos, faudra attendre encore au moins 1 mois!!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pin It!

mercredi 26 février 2014

Le cas du mari de la blogueuse... #2

Elle est de retouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuur... la vilaine blogueuse qui dit du mal des blogueuses!!!! Ingrate va!!!

Mouahahahahahahahahaha!!!!

Et puis son petit mari... ma foi... il suit... enfin... il essaye... le pauvre... meskine comme on dit ici...

Celui dont la femme/copine/fiancée/future est blogueuse "craft": la première fois, il avait trouvé ça "trop mignon". Un peu comme quand vos enfants vous ramènent un collier de nouilles pour la fête des mères/pères. Aaaah l'amûûûûr! Et puis c'est vrai, toute cette consommation, se disait-il, à quoi ça rime? Cette idée d'objet fait maison, unique et personnalisé,  fait avec amour, ça le branchait. Sa moitié n'était pas "comme les autres". Il en avait trouvé une qui était spéciale. Et puis, il faut le dire, ça l'arrangeait bien aussi... ça arrangeait son porte-monnaie quoi... Chaque fois qu'il repensait à tout cet argent qu'ils avaient économisé pour le mariage en faisant tout eux mêmes (enfin, surtout elle même quoi), il l'encourageait encore plus.

Aujourd'hui, il regrette. Il regrette d'avoir penché en faveur de son porte-monnaie et de sa moitié "différente/pas comme les autres/unique en son genre". Parce qu'après des années de crafting de sa chérie, chaque placard qu'il ouvre est rempli de matériel à crafter. Parfois, il a l'impression d'avoir épousé Bob le Bricoleur ou Manny. Chaque tiroir déborde de chutes de tissu, parfois, elles mesurent 2cm sur 3 (elle est aussi blogueuse couture, ça n'arrange rien). Voire moins. Sait-on jamais. Aucun rouleau de papier toilette n'est jeté. Aucune boite de céréales. Aucun papier d'emballage cadeau. Rien. Tout est gardé. Stocké. Précieusement. Sait-on jamais. Ça peut servir un jour. Toutes ses chemises ont été customisées. A la peinture textile, avec des strass, des transferts textiles. Sa moitié a toujours de la peinture dans les cheveux ou sous les ongles. C'est dur à faire partir l'acrylique bien sèche. Quand il invite des amis pour l'apéro, il a peur. Peur qu'elle sorte les dessous de verre en carton récup de boite de chaussures et ses fameux verres et bols peints à la main. Elle y a peint des moustaches, et vraiment, il ne comprend toujours pas pourquoi. Ce qui au départ aurait dû être synonyme d'économies et de consommation responsable c'est transformé en achats effrénés de bâton de colle, tubes de colle, sticks de colle, colle liquide, colle à prise rapide, colle blanche, colle permanente, colle transparente, colle repositionnable, colle vinyle, colle à bois, colle bio. Dieu merci elle ne la sniffe pas encore, quoi que parfois, il se demande. Elle possède 14 paires de ciseaux: 3 pour le tissu, 2 pour le papier, 1 pour le carton, 6 paires de ciseaux crantés décoratifs et 1 paire de petits ciseaux à bout pointus. Elle a même investit dans une agrafeuse électrique. Et du coup, il ne dort plus que d'un œil. Comme pour la laine, parfois, il pense au feu, mais avec toute cette colle dans la maison, ça serait risqué quand même, et puis, si jamais ça l'énervait, avec tous ces ciseaux...



Celui dont la femme/copine/fiancée/future est blogueuse "couture": les femmes de ses copains ne savaient même pas coudre un bouton. Alors sa femme, il en était fier. Non seulement elle pouvait recoudre tous ses boutons, mais en plus, elle arrivait à créer de ses mains. En plus, elle économisait un argent fou!! Être à la mode, il n'était pas contre, mais quand il voyait les femmes dépenser des sommes astronomiques pour des fringues de mauvaise qualité... En plus sa femme, elle, elle portait des choses uniques.

Aujourd'hui, il se mord les doigts de lui avoir acheté sa première machine à coudre. Ce cadeau de Noël qui finalement lui empoisonne la vie. La télé maintenant, il doit la regarder avec le doux bruit de la MAC en fond. Raatatatatatatatatatatatatatatatatatata.... (pause)... Ratatatatatatatatatatatata... (pause)... Raatatatata.... (pause)... Rata... (pause)... Ratatatatatatatatatatata. En fait, non, il ne la regarde plus depuis qu'il s'est rendu compte qu'il lui était impossible de suivre même un épisode de Tom & Jerry. La table du salon est en chantier permanent. Ça fait bien longtemps qu'ils n'ont pas pu y prendre de repas. Entre les patrons, les tissus, les boites à couture, et le ciseau à tissu de 30cm de long et qui pèse 18 kilos, et puis surtout, cette foutue machine à coudre, la table, on ne la voit même plus. Et puis il y a le risque de se bouffer un bout de fil qui traine. Pire que tout, elle a investit dans une surjeteuse. Une surje-quoi? Mais qu'a-t-il fait pour mériter tout ça??? Atelier clandestin oui. Bienvenue dans l'univers déco façon centrale nucléaire du textile. Le mois dernier, il a fini aux urgences avec une aiguille plantée dans le gros orteil. Elle l'a traité de chochotte. Elle lui a dit qu'elle se piquait tout le temps avec ses aiguilles et qu'elle en faisait pas tout un plat. Dans l'urgence du départ, comme elle était en plein séance d'essayage d'une chemise, elle n'a pas fait attention. Dans la salle d'attente, il s'est rendu compte qu'il était accompagné d'une fille avec une chemise à une seule manche. Il n'était pas le seul à s'en être rendu compte. Tout le monde les regardait. Son stock de tissus grandit plus vite que ses créations. Du coup, il se demande si un matin il ne la trouvera pas enroulée avec un tissu autour d'elle, façon César ou Sari. Elle en serait capable. Parfois, il regarde les ciseaux de 30cm avec des envies de "meurtre de tissu". Néanmoins, il se reprend vite. Les urgences avec une aiguille dans le pied: bon pronostic vital. Les urgences avec un ciseau de 30cm en travers de la gorge: mauvais pronostic vital.



♥ Toujours en spéciale dédicace à mon chéri qui subit... meskine... ♥

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pin It!

vendredi 7 février 2014

Vide-grenier à Casablanca - Dimanche 16 février 2014

Voilà voilà, j'ai trouvé comment est-ce je vais faire de la place chez moi (♥♥♥ danse de la joie ♥♥♥): bouquins, CDs, fringues, matos de bricolage/bidouillage/cuisine que je n'utilise plus, tout ça, au trou!! et en plus, je pourrai me faire des sous pour acheter encore plein de saloperies de trucs inutiles et recommencer le cercle vicieux de l'encombrement à la maison!!!!! Logique non?

Et vous, amis des bonnes affaires, vous avez trouvé votre programme du Dimanche 16 février 2014!! Vous pourrez plus dire que vous trouvez jamais rien à faire le dimanche à Casa hein!!!



Un vide-grenier!!! Organisé par l'association Français du Monde-ADFE Casablanca.

Pour info, les boulets enfants ont l'intention de faire du vide dans leur chambre aussi (jouets, livres). Bon, enfin, c'est pas tant qu'ils "ont l'intention" mais surtout que "je vais les forcer à avoir l'intention"... On s'est bien compris hein... Et si vous demandez, je vendrai sous le manteau des trucs à eux sans leur dire... mot de passe MEREINDIGNE

Alors en espérant que le dimanche 16 février 2014 il fera un soleil d'enfer, je vous encourage à aller y faire un tour ce jour là!

Et même si le soleil fait des siennes, la cour de l'école où aura lieu le vide-grenier dispose d'un grand préau couvert, donc tout le monde sera à l'abri, don't worry!!

Si vous voulez avoir un stand là-bas, il faut envoyer un mail à l'adresse indiquée sur l'affiche (videgrenier@fdm-maroc.org). Seule condition: être un particulier!! Pas de professionnels!!!

Bon ben voilà, message passé!!

On se dit à dimanche 16 alors!
Rendez-vous sur Hellocoton !
Pin It!

jeudi 30 janvier 2014

Le cas du mari de la blogueuse...

Damn it! j'ai oublié de mettre une photo de mon compte Pinterest!!!

On en connait toutes au moins une: elle a un blog, une page sur un réseau social, un compte IG, un compte Tweeter, un compte Pinterest, un tumblr, ou une combinaison des 6. Si vous ne la connaissez pas de près, vous la connaissez au moins de loin. Moi j'en connais une en tous cas. Mouahahahahahaha! 

On va l'appeler "la blogueuse".

Et souvent, elles (celles que j'ai cité plus haut) ont un mari, un chéri, une moitié, appelez le comme vous voulez... On va l'appeler "le pauvre chéri" là je crois...

C'est de lui que je vais parler aujourd'hui.


Attention, billet 100% cynique, auto-dérisoire, et grandement inspiré par moi-même. D'ailleurs, c'est parce que mon chéri à moi s'est foutu de ma gueule et des 3 milliards de photos que je prends de mes plats, gâteaux, tricots, collages et autres pliages, parce qu'il passe son temps à râler sur mon stock de laine, et qu'il me demande toujours "qu'est-ce que je suis encore en train de cuisiner?"/"quand est-e que je vais faire de la vraie bouffe?" que j'ai eu envie d'écrire ça.




Celui dont la femme/copine/fiancée/future est blogueuse culinaire: au début, il avait trouvé ça chouette. Bon, mis à part quelques râtés de temps à autre, il appréciait la nouveauté, cette variété culinaire soudaine, la diversité des saveurs, les trucs étonnants qu'il n'aurait jamais pensé manger. Il ne cessait de faire l'éloge de sa moitié auprès de leurs amis et de ses collègues de boulot et il était fier de tout ce "fait-maison".

Aujourd'hui, chaque jour que Dieu fait, il angoisse de savoir ce qu'il va manger: des spaghettis au chocolat, un gâteau sucré salé à la mousse de saumon sur son lit de sauce au carambar, des cakes pops au foie de morue, de la soupe d'escargot. Personne n'a le droit de lever la fourchette à table avant qu'elle ait pu prendre une photo de son plat. Il a déjà été malade 4 fois. La dernière fois, c'était quand il a du manger 12 jours de suite du fondant au chocolat à chaque repas afin qu'elle puisse proposer la recette parfaite au concours de pâtisserie du meilleur fondant du site "j'apprends à cuisiner". Du coup, il n'ose plus dire la vérité, et même quand c'est infect, il dit que c'est bon, pour pas avoir à manger un 2ème test le lendemain. Aujourd'hui, le thème de la cuisine est devenu un sujet tabou avec les mêmes amis et collègues et il fait des cauchemars à l'approche de la saison de Masterchef. Il a aussi pris 14 kilos au passage. Alors le chien du voisin est devenu son meilleur ami. Il lui refile tout ce qu'elle cuisine en douce. Il espère que le chien ne tombera pas malade et que le voisin ne le poursuivra pas en justice.


Celui dont la femme/copine/fiancée/future est blogueuse tricot: tous les soirs, quand il arrivait à la maison, avant (avant qu'elle ne se mette à tricoter donc, ou bien qu'elle avoue son vice), sa femme sautait du canapé, laissait tomber les casseroles, abandonnait ses enfants à leurs devoirs de maths ultra super compliqués, et accourait pour l'embrasser et lui dire "oh chéri, comment tu m'as manquéééééééééééééééééééé" (je sais, ça fait méga cliché, c'est juste pour faire passer l'idée). Il était tout fier de partir au boulot avec l'écharpe que sa moitié lui avait tricotée avec amour et lui ramenait de temps en temps quelques pelotes qu'il achetait à la boutique de laine qui se trouve juste à côté du café où il retrouve ses copains.

Aujourd'hui, quand il ouvre la porte, il trouve les enfants en train de faire leurs devoirs seuls, rien n'est prêt pour le dîner, et elle n'a même pas levé la tête. Elle tricote. Et elle compte. Il devra attendre qu'elle ait fini son rang pour qu'elle daigne, éventuellement, se lever pour aller l'embrasser. Sinon, un simple "'lut chéri" suffira. Sur l'étagère sur laquelle il rangeait ses livres sur les cigares et les voitures de collection, il y a désormais des livres de tricot. Ses livres à lui ont fini dans une boite à la cave. En français, en anglais, en russe, en japonais. Peu importe, la tricoteuse ne connait pas les frontières et sait tricoter dans toutes les langues. Il a développé une allergie à la laine. D'ailleurs, dès qu'il s'approche de sa moitié, il éternue et commence à se gratter. Ça n'est pas à cause de l'écharpe tricotée avec amour, non, celle là, ça fait longtemps qu'il l'a "égarée", c'est sa moitié en elle même qui transpire la laine.  Sa soirée télé est rythmée par le bruit des aiguilles qui s'entrechoquent. Il est néanmoins content que sa moitié ait investi dans des aiguilles en bois. Celles là au moins sont silencieuses. Parfois, il se surprend entrain de rêver qu'il y a le feu et que tout disparait: la laine, les aiguilles (en bois, ça brûle mieux), les bouquins, le pull à torsades irlandaises dont il n'a pas encore réussi à se débarrasser.





Et si ça vous plait, on peut rigoler avec les blogueuses craft, déco, mode, vintage, maman et couture. Je continue? 


Rendez-vous sur Hellocoton !
Pin It!

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...